« Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant »                                                                                                    

Le graphite est un médium qui me permet d’atteindre cette entité invisible au delà du perceptible défini par les amérindiens : « Le Monde des Histoires ».

Tel un rituel, j’apprends à voir dans la matière noire de ma page blanche.

La création me plonge dans le silence intérieur, elle me donne accès à une fréquence qui outrepasse les dimensions d’espace et de temps. 

Je disparais dans le grand mystère de l’existence et je fait face aux énigmes de l’humanité: l’amour qui nous tient et la mort indéfectible. L’extase et la terreur d’être vivant.

Passé, présent et futur s’inscrivent sur une même fibre perdue dans l’Inconnu. Absorbé par la magie de l’instant présent, je cherche le fil du cœur du néant.

J’ai ce besoin viscéral de tisser, de dessiner l’oubli et le souvenir de ce que j’ai été, de ce que je suis et serai…